Alerte à la sécheresse

L’agriculture et l’économie sont touchées, les robinets à sec dans certains villages, cinq des neuf régions sud-africaines ont été déclarées en état de catastrophe naturelle… Les animaux souffrent aussi. État des lieux, à constater en safari.

Cet hiver, l’été austral en Afrique du Sud, il a plu deux fois moins que les autres années dans le parc Kruger, au nord-ouest du pays. Un phénomène du à El Niño : ce courant chaud équatorial du Pacifique réapparaît tous les cinq à sept ans et fait augmenter les températures, causant des sécheresses dans certaines zones, de graves inondations dans d’autres. Conséquences, le niveau d’eau dans les rivières est particulièrement bas et la végétation se raréfie…

Les animaux touchés

Les herbivores sont les premières victimes au sein du vaste parc car moins d’eau signifie moins d’herbe et de feuilles sur les arbres pour se nourrir. Les buffles, les phacochères ou les antilopes sont considérablement affaiblis, présentant une allure famélique. La rareté de l’eau fait aussi que certaines espèces s'entre-tuent : les hippopotames, très territoriaux, ont du mal à vivre les uns sur les autres dans les points d’eau réduits comme peau de chagrin.

Beaucoup moins d’oiseaux peuvent être observés, tels les queleas queleas (appelés aussi travailleurs à bec rouge) et le cordon-bleu d’Angola qui se réfugient sur d’autres territoires, faute d’insectes à croquer, d’habitude nombreux dans la vase... Par ailleurs, les zèbres et les éléphants, naturellement ultra-résistants, présentent de graves signes de faiblesse. Signe d’alerte pour les zèbres : leur crinière perd en rigidité.

blog-afrique-du-sud-gnou

Des « gagnants »

Les carnivores tirent leur parti de la sécheresse. Les lions, par exemple, sont très opportunistes : il est plus facile pour eux de chasser leurs proies, présentant moins de résistance, en mauvais état physique. Il y a donc davantage de « chair » disponible. Même constat pour les hyènes et les vautours, qui se nourrissent des animaux morts de faim. Tous ces prédateurs se postent près des rares points d’eau, prêts à bondir…

Commentaire d’un bloggeur lu sur le site d’Africa Geographic :

« Lors de mes derniers jours dans le parc Kruger, j’ai vu des lions tuer un buffle qui s’approchait de l’eau. J’ai aussi vu des lions achever un kudu en train de boire. Et, dans une toute petite mare, des crocodiles attraper deux impalas. »

 

Plus d’infos sur
africageographic.com
© photo principale et photo de l'article : South Africa  Tourism online image library