Ces animaux qui s’invitent dans les jardins : le babouin du Cap

Il est assez habituel de recevoir la visite impromptue d’animaux peu ordinaires dans les jardins aux abords des villes. Si oiseaux multicolores, mangoustes, écureuils, caméléons peuplent bien souvent les alentours des maisons, ils ajoutent un fond sonore ou pictural bien agréable et paisible. Or, d’autres types d’animaux font quelquefois irruption pour nous offrir un spectacle surprenant, tout en faisant vibrer notre taux d’adrénaline.

Le babouin du Cap (chacma baboon), singe coquin, amateur de fruits, graines, herbes, mais aussi d’insectes et petits lézards, a élu résidence partout dans le pays. Il s’adapte aussi bien aux steppes qu’à la savane, aux zones désertiques, comme aux zones montagneuses ou boisées. Les chances de rencontrer quelques-uns de ces primates sont donc nombreuses. Il n’est pas rare de lire un panneau le long d’un axe routier fréquenté mentionnant « attention babouins, prière de ne pas les nourrir » puis de les voir un peu plus loin manger les graines tombées des arbres sur les bords des routes.

blog-afrique-du-sud

Quand ils s’invitent dans les jardins, bizarrement on les regarde différemment… C’est un peu comme s’ils venaient faire leur marché, suivi d’un pique-nique champêtre en famille. En soi, ils ne dérangent pas, sauf si une fenêtre est restée ouverte. Ils se feront alors un plaisir de visiter de fond en comble la cuisine, de faire le ménage dans les placards voire de nettoyer le frigo car ils ont appris à ouvrir les portes ! C’est pourquoi bon nombre d’habitants tentent par divers moyens de les chasser dès qu’ils les aperçoivent dans leur propriété. Certains usent même de fusils à eau…

Le meilleur moyen reste de sortir en faisant du bruit et de grands gestes pour les effrayer. Mais attention, s’ils sont très amusants à regarder, ils peuvent parfois se révéler méchants, surtout quand ils sont accompagnés par leur progéniture. Leur instinct de protection sera plus fort que n’importe quelle tentative de chasse et ils peuvent se montrer agressifs. La plupart du temps, ils finiront le fruit qu’ils sont en train de déguster, puis donneront à la troupe le signal du repli.

Pour les campeurs, la rencontre avec les babouins fait partie de ces moments inoubliables, où ils découvrent qu’en leur absence, les babouins ont visité leur tente et se sont emparés de tout ce qui pouvait leur faire plaisir. Il semblerait qu’ils soient aussi sensibles aux produits cosmétiques, à en croire l’expérience d’une campeuse sud-africaine qui a retrouvé ses tubes de crème ouverts et …vides ! Et oui, ces babouins très observateurs des humains apprennent très vite à les imiter…

© Photos de l'article : Magali Justice