Comprendre l’apartheid en 5 DVD

Présentation, non exhaustive, de cinq différents prismes cinématographiques pour aborder cette sombre page d’histoire de l’Afrique du Sud, qui dura de 1948 à 1991.
1

…via la science-fiction : District 9

Des extra-terrestres réfugiés sur la Terre depuis vingt ans sont parqués dans le District 9, à Johannesbourg. Ce quartier fait référence au District 6 du Cap dont, en 1966, 60 000 habitants noirs, indiens et malais furent expulsés et relogés de force à Cape Flats, 25 kilomètres plus loin. Il s'agissait de faire du District 6 une zone réservée aux Blancs. Ces aliens sont traités de crevettes, une allusion à la crevette de Parktown (quartier de Johannesbourg), variété du criquet royal sud-africain considérée comme un fléau dans le pays car s’attaquant aux cultures… Une métaphore bien ficelée de l’apartheid, autour d’une intrigue sur l’armement très convoité de ces extra-terrestres, faisant référence aux multinationales américaines militaires privées.

2

…via le sport : Invictus

Traditionnellement, sous l’apartheid, le foot était un sport de Noirs, le rugby un sport de Blancs. Nelson Mandela (Morgan Freeman) va parvenir à une réconciliation nationale en surmontant ces préjugés. En 1995, alors que l’Afrique du Sud organise la coupe du monde de rugby, le nouveau président cherche à unir l’ensemble du pays autour de l’équipe des Springboks menée par Francois Pienaar (Matt Damon).

3

… via la musique : Amandla

Ce magnifique documentaire relate quarante ans de résistance contre l’apartheid par la musique, des années 1940 aux années 1990. On y entend Myriam Makeba, Vusi Mahlasela, Hugh Masekela… Amandla signifie en zoulou et en xhosa « pouvoir ». Un vibrant témoignage récompensé au festival de Sundance, prix du public et de la liberté d’expression.

Il y a aussi Sarafina !, de Darrell Roodt (1992), film musical dans lequel intervient Miriam Makeba, avec Whoopi Golberg, relatant l’histoire d’une lycéenne noire rêvant de liberté à la veille de la libération de Nelson Mandela.

4

… via un biopic : Mandela, un long chemin vers la liberté

Ce film relate la vie du héros anti-apartheid, joué par le Britannique Idris Elba, de son enfance à la campagne à son élection à la présidence de la République sud-africaine : la lutte armée, la clandestinité, la prison…

Il y a aussi, lié à Mandela, Goodbye Bafana, de Bille August (2007), 25 ans de vie de son gardien de prison blanc (Joseph Fiennes), qui se liera progressivement à lui.

5

… via l’enquête romanesque : Cry Freedom

Un journaliste blanc (Kevin Kline), habitué à retransmettre la version officielle des événements, change d’attitude quand il rencontre Steve Beko (Denzel Washington). Après la mort de ce dernier, il enquête sur son meurtre et se voit contraint de quitter le pays.

Il y a aussi, dans la même veine – un Blanc jusqu’alors indifférent au système politique ouvrant les yeux et menant des recherches sur la disparition suspecte d’un Noir (ici le jardinier de l’établissement où il enseigne et le fils de celui-ci) –, l’adaptation du roman d’André Brink, Une saison blanche et sèche, par Euzhan Palcy (1989), avec Donald Sutherland, Marlon Brando et Susan Sarandon.

Autre type d’enquête : Drum, de Zola Maseko (2004), où l’investigation est menée par un journaliste sportif noir, du magazine Drum, qui, chargé de couvrir une affaire criminelle dans un township, s’implique dans la dénonciation des conditions de l’apartheid.

L'apartheid au cinéma
  • Cry Freedom de Richard Attenborough (1987)
  • Amandla de Lee Hirsh (2002)
  • District 9 de Neill Blomkamp (2009)
  • Invictus de Clint Eastwood (2009)
  • Mandela, un long chemin vers la liberté de Justin Chadwick (2013)
© photo principale : Production © photos article de haut en bas : Production