Dix conseils pour réussir son safari

1
 Sois patient et compte sur la chance

La nature est reine : on peut rouler des dizaines de minutes, parfois une heure, sans apercevoir le bout de la queue d’un impala. Et tout d’un coup, un cri, comme un étonnant son amplifié de talkie-walkie mal réglé provenant de sous les arbres, à l’ombre. Je plisse les yeux : sur une branche, un guépard en train de feuler, en colère. Inoubliable face à face interrompu par l’arrivée d’un minibus le mettant en fuite, des flashs et des « oh, my god, look at that !! » crépitant depuis les fenêtres.

blog-afrique-du-sud-desert-kalahari-lionne-tswalu-kalahari
Rencontre dans le désert de Kalahari

2
 Conduis lentement

Mieux vaut suivre les pistes, plutôt que les routes goudronnées, et longer les rivières.

3
 Lève-toi aux aurores et tiens-toi aux aguets en fin de journée

C’est à ces deux moments que les chances de voir des animaux sont les plus élevées. Tôt le matin, les prédateurs rentrent de leur nuit de chasse. Avant que la nuit tombe, à l’heure où la lumière devient rasante, ils apprécient la fraîcheur de la fin d’après-midi. Un bon endroit où se poster : les points d’eau où épier les rois de la savane s’y abreuver, les éléphants prendre un bain de boue et les hippos barboter au milieu des crocos…

4
 Privilégie l’hiver austral

À la saison fraîche, de mai à septembre, les lodges baissent leurs prix. Le ciel est bien bleu, le temps sec et, faute de précipitation, les herbes moins hautes laissent davantage de visibilité pour repérer les animaux.

5
 Évite les longs week-ends sud-africains

Pas mal comme promenade du dimanche… Les Sud-Africains auraient tort de se priver d’un petit safari, dont ils sont si friands, pendant leurs vacances d’été, de mi-décembre à mi-janvier, et leurs longs week-ends.

blog-afrique-du-sud-reserve-hluhluwe
Safari dans la réserve de Hluhluwe

6 
Pars à pied derrière un ranger

Ces excursions sont proposées par la plupart des lodges et des camps. Avant l’aube, on marche en file indienne à travers la savane, escorté de deux rangers armés, l’un en tête, l’autre à l’arrière. John (ou Bob !) s’arrête devant chaque empreinte, petite crotte ou os trouvé en chemin, sources de récits palpitants truffés d’anecdotes sur la vie des animaux.

On croise souvent l’un des locataires du bush en chemin tels, du vécu, des rhinocéros se reposant sous un arbre à quelques mètres ou des lions festoyant au loin. Une incursion au cœur du bush.

Les game drive en camion sont aussi à tester, de jour comme en nocturne : être surélevé élargit le champ d’observation.

7
 Couvre-toi bien

À l’aube et à la tombée de la nuit, s’équiper d’une polaire, d’un foulard et de gants. Préférer les tons neutres, comme le beige ou le kaki, aux couleurs flashies, afin de mieux se fondre dans le décor. Ne pas hésiter à emporter une paire de jumelles pour observer les oiseaux.

8
 Ne t’attends pas à faire la une de Photo Magazine !

Les photos amateurs se révèlent souvent décevantes. Une brume de chaleur crée des turbulences atmosphériques pouvant être source de flou ; il faut, au minimum, un téléobjectif 300 mm ; et, dans l’idéal, un stabilisateur électronique (à remplacer par un petit sac de riz sur lequel poser le boîtier !). Ne pas hésiter à user du flash en plein jour et, en voiture, pour réagir au quart de tour, garder son appareil sur les genoux, protégé par un chiffon.

Dans le parc national des éléphants d'Addo
Dans le parc national des éléphants d'Addo

9
 Écoute et tais-toi

Laisser son téléphone portable au lodge et rester silencieux, en gardant ses questions pour les temps de pause. Consignes inscrites sur des panneaux à l’entrée des camps – bien conscients que vous ne faites pas, bien entendu, partie du cœur de cible : ne pas se dresser ni gesticuler pour attirer l’attention des animaux, ni parler à haute voix à proximité d’un troupeau, voire crier de peur quand un éléphant s’approche !

10
 Prends le temps

Pour favoriser l’échange harmonieux entre l’homme et la nature, rester au moins deux nuits, entrecoupées d’un temps de repos dans la journée.

© photo principale : Monica Isola © autres photos : Tswalu Kalahari ; Umkumbe Safari Lodge ; South African Tourism ; David Ryznar / Fotolia