Le Westcliff

Le Westcliff, hôtel emblématique de Johannesburg a rouvert fin 2014 après 18 mois de travaux, sous l'enseigne du Four Seasons. Le groupe canadien donne un signal fort en s’implantant non au Cap, mais au cœur de la capitale économique du pays. La vue depuis la terrasse y est toujours aussi somptueuse au coucher de soleil, en surplomb du zoo de Zoolake où guetter, parmi les arbres, la trompe d’un éléphant ou la queue d’un lion.

Le Westcliff, nouveau fleuron du groupe Four Seasons

Créé à la fin des années 1990 dans une résidence récemment sortie de terre, le Westcliff vient de rouvrir sous l’étiquette Four Seasons. Le groupe canadien d’hôtellerie de luxe était déjà présent sur le continent noir en Égypte, au Maroc et en Tanzanie. Pour sa première implantation en Afrique du Sud, il a choisi de s’installer au cœur de la capitale économique. Non du côté de Sandton, le quartier d’affaires situé au nord, mais à deux pas du centre-ville, dans le quartier résidentiel chic de Westcliff, entre le bouillonnant Braamfontein et le trendy Parkhurst. « C’est une ville passionnante, en train de façonner son avenir grâce à une nouvelle génération de visiteurs séduits par ses multiples attraits », insiste Sébastien Carre, le directeur général du palace.

blog-afrique-du-sud-johannesburg-westcliff

Ascenseurs extérieurs en verre et œuvres d’art

Pas moins de 56 millions de dollars ont été investi pour une rénovation de 18 mois.
Les 117 chambres s’étagent le long d’une ruelle pavée serpentant jusqu’au haut de la colline, à travers un domaine paysager de trois hectares. Rien n’y manque : une déco élégamment parsemée de touches sud-africaines, une vaste salle de bains en marbre, la machine Nespresso et le Wi-Fi…
Pour la montée comme la descente, des voiturettes de golf proposent un lift. Sans compter les deux nouveaux spectaculaires ascenseurs extérieurs, en verre, qui mènent aux restaurants.
On y a le choix entre les grillades du Flames, la table gastronomique du View et le Cellar Door, où boire un verre de vin et partager une assiette. Aux fourneaux : l’Allemand Dirk Gieselmann, ancien chef de l’Auberge de l’Ill, en Alsace, trois étoiles Michelin. Il travaille les produits locaux, dont cette viande si fondante, et commence à étoffer son carnet de fournisseurs, notamment une ferme du Magaliesberg, celle des parents d’un chef qui monte, James Diack, du Coobs, à Parkhurst, devenu l’un de ses amis…
Pas moins de 375 œuvres d’artistes sud-africains ont été commandées à des artistes locaux pour les chambres et les espaces publics.  À l’entrée, deux portraits de la sculptrice Hannelie Coetzee symbolisent l’ancienne et la nouvelle génération, réalisés en résidus de sites de forage, hommage au passé minier de Joburg.

blog-afrique-du-sud-johannesburg-westcliff-2

Un spa et un Deli

Le spa a été aménagé dans un bâtiment flambant neuf en bas du domaine, près de la route. Il comporte hammams et saunas, deux piscines, une salle de sport, une terrasse Après-Spa… Le soin signature, Red Nomads, est inspiré du peuple namibien Himba, à la peau traditionnellement teinte de rouge grâce à une poudre d’hématite. Deux marques sont utilisées, la française Biologique Recherche et la sud-africaine Terres d’Afrique, ligne bio à base d’extraits de rooibos, de baobab ou de melon du Kalahari. Près de l’entrée, un Westcliff Deli propose sandwichs, salades et desserts aux clients extérieurs à l’hôtel, à emporter ou déguster dans le jardin. Un resort urbain ultra stylé au cœur de la ville.

Tarif découverte à partir de 290 € la double.

photo principale : Mathilde © photos articles de haut en bas : Mathilde