Les langues sud-africaines

L’Afrique du Sud est par sa situation linguistique, un cas assez unique : on y compte 11 langues officielles ! Si l’anglais est la langue de communication, elle coexiste avec l’afrikaans, le zoulou, le xhosa, le swasi, le ndebélé, le sotho du nord, le tswana, le sotho du sud, le venda et le tsonga.

Au quotidien

L’anglais est parlé dans toutes les provinces et majoritairement dans les villes, alors que l’afrikaans est utilisé dans certaines régions seulement et plus en zone rurale. C’est en effet l’afrikaans qui est plutôt utilisé par les fermiers blancs (depuis leur arrivée au  XVIIe siècle), puis par les nombreux  coloured (peuple originellement chasseurs-cueilleurs, ayant appris l’afrikaans bien avant l’arrivée des Britanniques) et enfin par les populations noires (qui ont dû apprendre l’afrikaans sous l’apartheid).

Dans la réalité quotidienne, qu’est-ce que ça implique ? Selon la région où vous vous trouvez, vous entendez majoritairement certaines langues. Par exemple, l’anglais, l’afrikaans et le xhosa seront les langues les plus entendues dans le Cap occidental. Le zoulou sera le plus entendu dans le Kwazulu Natal, toujours aux côtés de l’anglais.

blog-afrique-du-sud-carte-langues

Il est assez drôle d’observer certaines stratégies que les Sud-Africains mettent naturellement en place, leur permettant d’identifier en quelques secondes quelle langue ils choisiront de parler. Bien souvent, il s’agit de repérer une pointe d’accent, qui révélera la langue d’origine du locuteur.

Les chaines de télévision proposent parfois des programmes en différentes langues. Ainsi il est possible de regarder une émission présentée par une femme qui commence à parler anglais, puis la caméra change de point de vue et la présentatrice continue en afrikaans ; un autre angle de vue plus tard, elle se met à parler xhosa. Pendant ce temps, le téléspectateur peut aisément suivre le fil de la présentation grâce aux sous-titres anglais qui défilent simultanément à l’écran. D’autres programmes sont exclusivement dans l’une des langues officielles (principalement anglais, afrikaans, zoulou ou xhosa) et toujours les sous-titres anglais présents à l’écran.

blog-afrique-du-sud-carte-langues

Les langues à clics

Zoulou et xhosa sont assez proches. Les locuteurs des 2 langues à clics peuvent se comprendre, malgré quelques différences de prononciation. Un clic est un son qui claque, sans expulsion d’air, prononcé en même temps qu’une syllabe, extrêmement difficile à prononcer pour les non-initiés… Qui se souvient de la célèbre chanson Pata pata de Mariam Makeba prêtera une oreille attentive à ces « clics » qui rythment la chanson, si bien qu’on a l’impression que c’est un effet de batterie ! Dans le film Les dieux sont tombés sur la tête, on entend une autre langue à clic, parlées par les Bushman, appelée khoi ou san ou khoisan, toujours parlée mais qui ne fait pas partie des langues officielles du pays.

Les langues d’apprentissage à l’école 

Si l’enseignement primaire peut se faire dans la langue d’origine (selon la Constitution, chacun a le droit d’être enseigné dans sa langue maternelle), l’anglais sera utilisé pour enseigner les matières autres que linguistiques à partir du secondaire. L’enseignement universitaire se faisant en anglais, il est préférable pour les jeunes de maîtriser cette langue avant leur entrée à l’université.

Une situation complexe ?

On pourrait penser que cette situation multilingue et multiculturelle est compliquée et qu’une seule langue faciliterait la vie. Or, après l’apartheid, la diversité des cultures devait prédominer, non seulement pour ne pas retomber dans l’affirmation d’une supériorité quelconque d’une culture par rapport aux autres, mais surtout pour unir les gens vers un même avenir, riche de ses diversités, vers la préservation d’un patrimoine à multiples facettes.

blog-afrique-du-sud
© Photo principale et photos de l'article : Magali Justice