L’Homo naledi, un nouvel ancêtre ?

De nombreuses questions restent sans réponse : son âge, sa place dans l’évolution de l’homme, le mystère autour de la cavité quasiment inaccessible où il a été retrouvé... Présentation de ce que l’on sait pour l’instant de l’Homo naledi.

Mi-homme, mi-australopithèque

Élancé, il mesure 1,50 mètre, pèse 45 kilos et possède un cerveau grand comme une orange… Si ses doigts incurvés, avec des phalanges courbes, semblent parfaits pour grimper aux arbres, ses pieds sont tout à fait semblables aux nôtres. Tel est le portrait de l’Homo naledi dont la découverte, à Maropeng, a été annoncée, en septembre, par l’équipe d’un paléontologue américain, Lee Berger, rattaché à l’université sud-africaine de Witwatersrand. Son nom signifie « étoile » en sesotho, en référence aux grottes de Rising Star (étoile montante), où il a été trouvé.

blog-afrique-du-sud-cradle-of-humankind (3)

Nombre d’ossements record

Plus de 1 500 ossements ont été exhumés entre 2013 et 2014 sur le site archéologique « Berceau de l’Humanité » (Cradle of Humankind). Situé dans le Gauteng, à cinquante kilomètres de Johannesbourg, il est inscrit au patrimoine mondial de l’humanité de l'UNESCO. Les ossements appartiennent à quinze Homo naledi, femmes et hommes de tous âges, du nouveau-né à la personne âgée. Jamais autant de fossiles hominidés n’avaient été collectés en Afrique.
Premier problème toutefois : il est difficile pour l’instant de donner une date. Ces individus pourraient avoir vécu il y a deux millions d’années ou tout simplement 100 000 ans. La communauté scientifique émet des réserves, dont le Français Yves Coppens, qui penche pour l’hypothèse d’un australopithèque de plus, ou l’Américain Tim White qui imagine une forme primitive d’Homo erectus. Impossible pour l’instant de trancher sur leur statut exact et sur leur place dans le broussailleux arbre de famille des hominidés…

blog-afrique-du-sud-cradle-of-humankind (5)

Le mystère de la chambre noire

Les ossements se trouvaient dans une chambre extrêmement difficile d’accès. En octobre 2013, deux jeunes spéléologues se sont aventurés dans un conduit très étroit, jusqu’à une paroi qu’ils ont escaladée, où une fissure les a menés par hasard à cette cavité au sol couvert d’ossements. Au vu des photos, le paléontologue Lee Berger a immédiatement compris leur intérêt. Il s’est empressé de recruter via Facebook des paléontologues au profil particulier : filiformes et non claustrophobes ! Six femmes ont été choisies. Elles dégageaient les fossiles sous sa direction, via vidéo, depuis son camp de base à la surface.
Il reste de nombreux fossiles à exhumer. Mais comment ces corps se sont-ils retrouvés dans cette chambre isolée ? Voilà l’une des nombreuses questions encore sans réponse.

blog-afrique-du-sud-cradle-of-humankind (2)

En savoir plus
Si vous passez par Johannesbourg et le Gauteng lors d'un prochain voyage en Afrique du Sud, sachez que Berceau de l’Humanité se visite.
De nombreux fossiles d’hominidés ont été retrouvés dans ses grottes calcaires, parmi lesquels le crâne de Mrs Ples, exhumé en 1947 et âgé d'environ 2,05 millions d'années ; et Little Foot, en 1994, squelette d'australopithèque le plus complet jamais exhumé, vieux de 2,2 à 4 millions d'années.

© photo principale : Cradle of Humankind © photos articles de haut en bas : Cradle of Humankind