Zoom sur 4 stylistes

Zoom sur quatre designers venus d’Afrique du Sud montrer leurs dernières collections à Paris, en juin, sur le podium de la Cité de la mode. De l’éthique, du chic et du peps.
Pour la quatrième année, l’Afrique du Sud a été partenaire du salon Labo International, mi-juin à Paris, à la Cité de la mode et du design, ce spectaculaire serpent de mer vert érigé en 2012 en bord de Seine. Dans le public, des tenues magnifiques revisitant de façon inspirée des tissus africains traditionnels, devenus très tendance, ethniques et chics. Sur le podium, des mannequins portant, notamment, les créations de quatre designers sud-africains talentueux.

1 
Marianne Fassler, éthique et arty

Ses vêtements sont fabriqués exclusivement en Afrique du Sud et tous les déchets induits par son activité recyclés pour réaliser ses créations. Elle a dessiné les costumes du spectacle Beauty remained..., de la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin, qui avait fait l’ouverture de la Biennale de la Danse de Lyon, en 2010, et de la Saison sud-africaine en France au Théâtre de Chaillot, à Paris, en 2013. Couronnée de nombreux prix, Marianne Fassler concocte ses tenues colorées où chaque détail compte dans son atelier de Leopard Frock, à Johannesbourg, dans le quartier de Saxonwold.

Marianne Fassler (à g.) travaille à Johannesbourg.
Marianne Fassler (à g.) travaille à Johannesbourg.

2 
Rich Mnisi, jeune et inventif

Il a créé sa marque, Oath, en 2014, à peine âgé de 23 ans, avec son associé Shane Child. La même année, il obtenait son diplôme en stylisme et en gestion au LISOF (Leader In the Science Of Fashion), à Johannesbourg et Pretoria. Et six mois tard, on retrouvait ses créations dans les pages de Marie-Claire, Elle, GQ Online… Rich Mnisi travaille sur des silhouettes épurées divers imprimés revisitant, par exemple pour sa collection femme de l’automne 2015, des motifs Ndebele, dans les tons rouille et bleu. Il est influencé par la culture pop et les vêtements de sport contemporains.

blog-afrique-du-sud-labo-ethnik-2 (2)

3 
Craig Native, sportif et chic

Il a grandi à Cape Flats, quartier populaire de la banlieue du Cap. Son goût pour la culture et le sport a inspiré son intérêt pour la mode sportive. Il a collaboré avec des marques comme Puma, Adidas et New Balance. Craig Native a aussi été sollicité pour travailler, à des fins éducatives, sur la création d’images iconographiques présentant la vie de Nelson Mandela. « Je préfère rester loin des paillettes et du glamour de la mode et des personnes qui se soucient uniquement de leur image. J’aime l’idée que la création de vêtements peut apporter un plus, par exemple une vie plus saine, la création d’emplois, et qu’elle illustre le monde réel, avec ses problèmes », revendique-t-il. Ses vêtements sont vendus en Afrique du Sud, mais aussi à Londres, Berlin, Amsterdam, Paris, Copenhague, Prague et Tokyo. Ils sont portés par Lenny Kravitz, Erykah Badu, The Brand New Heavies ou encore Al Jarreau...

blog-afrique-du-sud-labo-ethnik (3)

4 
Gavin Rajah, l’icône

Gavin Rajah a déjà présenté ses collections à plusieurs reprises à la Fashion week de Paris. Il est à l'origine de la création de la semaine de la mode du Cap, où il vit. Ambassadeur de bonne volonté de l’UNICEF en 2007, le grand couturier est connu pour sa défense des droits des enfants et des femmes, notamment dans l'industrie de la mode.

blog-afrique-du-sud-labo-ethnik (8)

5
 Un cinquième pour la route…

Pendant trois jours, des exposants originaires de 43 différents pays présentaient leurs créations. Le stand sud-africain était tenu par Oscar Ngcobo, de Durban, qui a recueilli beaucoup de succès avec ses bijoux zoulous faits mains, en perles multicolore ou fil de téléphone, irrésistibles (je me suis encore acheté un bracelet, à prix défiant toute concurrence, 4 € !).

blog-afrique-du-sud-design (1)
Prochain rendez-vous en juin 2016, pour fêter les dix ans de Labo International by Labo Ethnik, à la Cité de la mode, à Paris.

© photo principale : Eugénie Martinez / OT Afrique du Sud © photos article : Eugénie Martinez / OT Afrique du Sud ; Mathilde Giard